AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Enfin libre! [William]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hazel Finighan

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Enfin libre! [William]   Lun 26 Déc - 3:45

* Ces chaines me brûlent...Elles brûlent ma peau...l'acier fend mon être et pourtant...pourquoi est-ce que je ne meurs pas? Je ne saurais dire depuis combien de temps dur cette torture...mais j'ai l'impression que cela fait une éternité que je suis ici.*

Dans la noirceur d'une cellule de prison est enfermé la créature la plus pur de la création...un ange.
La bataille entre le bien et le mal fut rude et le Dragon emporta dans sa chute finale tout un bataillon d'anges dont Hazel faisait partie. Malgré des supplications faites au Seigneur, ce dernier la laissa croupir en enfer, à la merci de ces monstres avides de douleurs et d'humiliations.
Depuis plusieurs siècles, l'ange aux cheveux écarlates subissait les pires sévices.


*J'aimerais tellement pouvoir fermer les yeux pour toujours...que la souffrance s'arrête pour de bon...Mais on ne me laisse pas partir, à chaque fois que je pense lâcher mon dernier soupir, quelqu'un me ramène...inlassablement.*


Crucifiée sur une sorte de porte en bois moisie, la jeune ange tente de relever la tête pour regarder droit devant elle. Heureusement que les anges n'ont pas besoin de manger ou de boire pour survivre car personne ne s'occupait de lui procurer des victuailles...Sa nuque lui faisait horriblement mal, tout comme l'ensemble de ses membres. Les anges se régénéraient naturellement mais ici, on ne laissait pas le temps au corps d'Hazel de récupérer convenablement.

Bouger les doigts était un calvaire mais essayer de bouger ses ailes relevait complètement du supplice. Ses ailes blanches avaient été clouées à l'espèce de bois qui avait pourrit au fil des années à cause de l'humidité régnant dans les cachots poisseux.
Les ailes étaient fragiles et mettaient énormément de temps avant de se résorber.

Hazel avait arrêter de se débattre pour empêcher les sévices, elle avait même arrêter de se soigner pour pouvoir permettre d'avoir assez de forces pour quitter cet endroit...Seules les plaies potentiellement mortelles méritaient un traitement de faveur. Ses geôliers étaient partis, les démons étaient probablement affairés à autre chose. Quoi qu'ils puissent être en train de faire, Hazel voyait en cette absence une opportunité de passer d'un plan astral à un autre. D'années en années, la belle avait économisé son énergie afin d'organiser son évasion.


*Il est temps...*

Songea la rouquine, rassemblant le restant de force qui lui restait, Hazel réussit à arracher des ailes et ses poignets des clous qui la maintenaient contre le bois, pour le moment voler était impossible mais en se trainant de couloirs en couloirs, l'ange arriva à s'extirper de sa cage. Le point culminant de concentration arriva alors et son corps se dématérialisa pour réapparaître dans le plan astral le plus proche: La Terre.

La quantité d'énergie utilisée était telle que l'ange n'avait pas put maîtriser son point d'arrivé. Elle était dans les airs, se laissant retomber sur la ville de Londres. Hazel n'avait plus de force mais un soupir d'aise s'échappa de ses lèvres blessées...elle avait réussit!
Son corps tomba telle une pierre pour finir sa course sur le toit d'une vieille baraque inhabité. Le toit céda sous l'impact dans un fracas effroyable.

Il n'y avait pas beaucoup de monde dans cette ruelle mais quelques badots se demandaient tout de même qui est-ce qui avait provoqué tout ce bruit! Cachant ses ailes meurtries, Hazel essaya de se redresser mais en vint...
La jeune femme était dans un état épouvantable, ses haillons autrefois blancs immaculés étaient troués et rouge de sang, des entailles couvraient sont corps fragile...elle avait l'air si misérable! Pourtant son regard lui n'avait pas changé...malgré la fatigue et la souffrance, ses yeux se faisaient toujours aussi perçant et vif tel un aigle!


"Il faut que je parte!"

Murmura l'ange à bout de force. Repliant ses jambes abimées, Hazel se servit de ses coudes pour essayer de se redresser. Là...doucement...tandis qu'elle se concentrait pour pouvoir se remettre sur ses deux jambes, des bruits de pas alertèrent l'ange. Pour le moment elle était bien incapable de se défendre, son glaive divin lui était d'aucune utilité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William T. Spears

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Lun 26 Déc - 4:28

    Les humains pouvaient être vraiment pitoyables quand ils le voulaient. Et agaçants. William recula d’un pas lorsque la personne dont il devait s’occuper tendit malgré tout un bras vers lui, quémandant de l’aide. Ce n’était certainement pas en le suppliant qu’il allait réussir à changer les choses, loin de là. La seule et unique raison pour laquelle le superviseur n’avait pas encore abattu sur lui sa Death Scythe, était que l’heure de sa mort n’était pas encore arrivée, même s’il s’agissait d’une question de secondes, il était hors de question de la devancer. Alors que les supplications de l’humain devenaient de plus en plus faibles, le Faucheur se contenta lui de regarder la pièce dans laquelle il se trouvait d’un air neutre, remontant ses lunettes. Depuis le temps, voir quelqu’un mourir sous ses yeux était devenu une habitude. Logique lorsque l’on était un Dieu de la Mort en même temps. Surtout lorsque l’on fait partie de la Division de Collecte des Ames. Mais justement, il n’en fait pas partie. Et malgré cela, ses supérieurs se bornaient à l’envoyer quand même sur le terrain. Enfin, il était forcé de le faire plutôt vu les effectifs qu’ils avaient. Ils allaient bientôt avoir un besoin plus qu’urgent d’avoir de nouvelles recrues, au risque de voir les heures supplémentaires s’accumuler, et ça, il en était hors de question.

    Regardant sa montre, n’entendant plus l’humain qui lui faisait face, couché par terre, le superviseur sortit de ses pensées et s’assura d’avoir une bonne prise sur sa Faux. L’heure était venue. D’un geste presque machinal, il enfonça son sécateur dans le corps de sa victime qui eut un léger sursaut avant que sa Cinématique ne se mette en marche. Rien de bien intéressant certainement. Ce nouvel humain ne pourrait pas changer le cours du monde, et il allait donc comme bon nombre de ses semblables tout simplement mourir. Sans plus attendre, William s’occupa de couper sa cinématique, chose qui ne lui prit que quelques secondes tout au plus, avant de lancer un regard à sa Faux. Bon il devrait la nettoyer à son retour. Il l’aurait bien fait maintenant, mais étant donné qu’il devait encore s’occuper d’un cas, ce serait tout à fait inutile.

    Avec un geste de satisfaction, il inscrivit ‘complet’ sur le dossier, avant de le ranger. Bien cela en faisait encore un de moins. Bon, cela signifiait de la paperasse en perspective un peu plus tard, mais cela ne le décourageait pas pour autant. Il aimait que le travail soit fait correctement et il se devait de montrer l’exemple après tout. S’il réprimandait les Shinigamis sous ses ordres, ce n’était pas pour se conduire de la même manière qu’eux par après. Enfin, il n’allait pas rester là éternellement dans cette pièce. Remontant une fois de plus ses lunettes, il sortit de la maison, vérifiant où il devait se rendre et à quelle heure. Il ne lui restait d’ailleurs plus beaucoup de temps, mais par chance, il ne devait pas aller très loin.

    Rangeant son arme à son tour, il ne valait mieux pas la montrer lorsqu’il y avait trop d’humains dans les parages, surtout s’il y avait du sang dessus, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus recommandé. Durant quelques minutes il marcha, ne faisant guère attention aux personnes à ses côtés, et il s’arrêta au fond d’une impasse, où se trouvait non pas un humain, mais deux. Allons bon, allait-il se faire tuer lui ? Certainement. Intéressant. Enfin, c’était déjà plus divertissant à regarder que de devoir observer le type par terre chez lui qui agonisait petit à petit. Se mettant dans l’ombre, après tout son but n’était pas de se faire remarquer, le superviseur attendit que le meurtrier parte, laissant sa victime à ses soins. Et tout comme l’homme qu’il avait dû ‘juger’ quelques instants plutôt, celui-ci n’était pas non plus des plus intéressants, il allait devoir faucher son âme à son tour. Chose qu’il fit, il n’y avait aucune raison de le laisser en vie.

    Bon. Maintenant, il s’agissait de se rendre à la Dispatch pour compléter les rapports de ses missions. William l’aurait fait de suite, si un bruit sourd n’avait pas attiré son attention. La maison qui se trouvait à côté de lui, et qui ne semblait pas être dans le meilleur des états venait de provoquer un drôle de bruit . …Une maison qui fait du bruit toute seule n’existe pas, convenons-en. C’était comme si quelque chose s’était cassé. Mais la porte était toujours là, et les fenêtres intactes. Le toit ? Peut-être. Légèrement intrigué, le Faucheur s’y rendit et constata qu’un trou se trouvait en plein milieu. Une personne était-elle tombée ? Si il s’agissait d’un humain, il serait certainement mort sur le coup, mais il n’y avait aucun nom marqué sur la Liste. Conclusion, soit la personne avait survécu par un énorme miracle, ou alors il ne s’agissait pas d’un humain. Un Shinigami ? Qu’est ce qu’il viendrait faire ici, et surtout qu’est ce qu’il viendrait détruire les toits ou leur tomber dessus ?

    Le meilleur des moyens de savoir était de s’y rendre, avant que les personnes se trouvant en bas, intriguées par le bruit ne le remarque. Se balader sur les toits n’était pas la chose la plus courante après tout. William entra donc dans la demeure par le trou, faisant néanmoins attention de ne pas retomber sur le corps qui se trouvait en dessous. C’est qu’il pouvait se faire mal. Arrivé dans la pièce, le superviseur se rapprocha de la personne, qui faisait apparemment de son mieux pour se relever. Un Démon ? A cette pensée, le superviseur resserra l’emprise qu’il avait sur sa faux une nouvelle fois. Mais malgré le fait qu’elle porte l’odeur de ses êtres, il y avait autre chose qui clochait. Il s’agissait d’une personne surhumaine, cela allait de soi, et il ne s’agissait pas d’un Shinigami. Était-ce un Démon ou un Ange ? Le Faucheur hésitait, et cela le faisait râler intérieurement de ne pas savoir. Mais quoiqu’il en soit, l’autre personne semblait bien mal en point. Ceci dit, ce n’était pas une raison pour rabaisser la garde.

    -La prochaine fois que vous décidez de venir sur Terre, si vous pouviez éviter de défoncer les toits ce serait mieux. Je n’ose même pas imaginer ce qu’il se serait passé si quelqu’un s’était trouvé en-dessous. Tsk…Comme si l’on avait pas assez de travail comme ça, franchement…

    Lança-t-il d’un ton « on ne peut plus sympathique » en toisant froidement celle qui se trouvait non loin de lui, avant de remonter d’un geste machinal ses lunettes. Il ne savait pas vraiment pourquoi il s’était attardé sur son cas, il aurait très bien pu passer son chemin et rentrer à la Dispatch, mais c’était une opportunité dans un sens. Elle ne semblait pas au meilleur de sa forme, et si le besoin s’en ressentait il pourrait l’éliminer non ?


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazel Finighan

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Lun 26 Déc - 5:16

Les sens de l'ange étaient brouillés, le Nord le Sud...plus rien n'avait d'ordre. Plus morte que vivante, même respirer lui demander un effort considérable. Une vie gâchée à cause de d'un Dieu qui ne connait en réalité pas le pardon. Hazel avait gravement pécher...succomber aux bras d'un démon avait été sa plus grosse erreur et cela faisait des siècles qu'elle payait de sa personne.

Les souvenirs du paradis étaient forts loin maintenant et peut-être que ses comparses avaient oublié jusqu'à son existence! Qu'importe, maintenant son unique problème était de penser ses plaies. Essayant de se redresser, ses efforts furent inefficace car elle retomba lourdement sur le sol jonché de bouts de bois. L'ange ne sentait plus la douleur puisqu'elle n'était que douleur. Cela ne pouvait pas être pire. Les trous de ses mains et ses poignets lorsqu'elle avait été crucifié l'empêchait de refermer les mains sur une prise quelconque.

Le bruit de pas avait cessé et à présent il y avait un homme dans la maison sur lequel Hazel était tombé. Il portait une odeur que l'ange n'avait jamais senti quelque chose d'aussi étrange...ou alors elle était restée trop longtemps en enfer...ce qui était fort possible.
Fort heureusement cela n'était pas un démon...mais peut-être que cela n'était pas mieux?
Agacée bien que trop épuisée pour le manifester, Hazel redoutait d'être tué maintenant après tout ce qu'elle avait enduré!
La miséricorde ne semblait pas faire partie du vocabulaire de l'individu...qui se contentait de lui parler de façon la plus désagréable qui soit...bien qu'en fait, c'était les mots les plus gentils qu'elle eu entendu depuis des siècles.
Comment réagir? L'ange n'avait pas fait face à d'êtres vivants depuis longtemps...son niveau social s'était émoussé avec les années d'isolement.


" Qui êtes-vous?"

Dit-elle d'une voix si faible qu'elle était à peine audible.


"Ce genre de...commentaire est inutile..."


Ajouta t'elle d'un air mauvais.


Hazel était au bord de l'évanouissement par épuisement mais la mort n'était pas pour de suite. Ce type devant elle...qu'est-ce qu'il fichait ici de toute façon? Si ce n'était que pour faire ce genre de commentaire stérile il pouvait bien passer son chemin!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William T. Spears

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Lun 26 Déc - 5:54

    William finit par contourner la personne présente dans la pièce, afin de lui faire face. Ce n’était pas non plus parce qu’il était aussi amical et causant qu’un pan de mur ou un iceberg qu’il ne possédait pas un minimum de politesse. Lorsque l’on parlait à quelqu’un, il valait mieux le regarder, du moins c’est ce qu’on lui avait toujours dit. Oh on avait dit aussi que l’assistance aux personnes en danger existait, mais il ne s’agissait pas d’un Shinigami, et qu’est-ce que ces derniers devaient faire ? Travailler sans l’once d’un sourire, en tout cas c’était ce qu’ils étaient supposés appliquer. Et travailler n’impliquait en rien sauver les personnes étranges non-humaines qui arrivaient du ciel et qui tombaient en plein sur les toits. Non mais c’est que cela aurait pu être encore plus dangereux, déjà si la maison avait été habitée, mais encore plus si lui était sur ce toit à ce moment-là. Les conséquences auraient été encore plus graves. Bon il aurait eu peut-être le temps de l’éviter, et il aurait pesté pendant trois ans sur ladite personne, mais imaginez qu’il ne fasse pas un minimum attention et qu’en voulant rentrer à la Dispatch il ne tombe dans ce trou ? Cela aurait été problématique. Bien qu’avec un peu de chance, la jeune femme aurait amortit sa chute. Enfin, rien de tout cela n’était arrivé alors inutile d’en faire tout un foin.

    Quoiqu’il en soit, elle ne semblait pas représenter une trop grande menace pour lui, mais il valait mieux rester sur ses gardes. Sous-estimer ses ennemis n’était pas une bonne tactique. Autant les surestimer pour être surpris dans le bon sens par après. Bon, il pourrait repartir de suite, mais la voir essayer de se relever sans y arriver, l’amusait dans un sens, bien qu’il n’allait pas non plus chercher à le montrer. Intérieurement, il avait l’impression d’être un chat face à une souris, sauf que le chat en question n’allait sans doute pas ‘tuer’ sa proie. Pourquoi ? Parce que si elle ne l’attaquait pas directement il ne pouvait pas s’occuper de son cas. Certes, s’il s’agissait d’un Démon il serait plus qu’heureux de l’éliminer, mais si le combat n’était pas égal, il aurait l’impression d’être un lâche. Et il n’en était pas un. Du moins, il faisait de son mieux pour ne pas l’être.

    Lorsqu’elle reprit la parole, d’une voix assez faible, le superviseur haussa un sourcil. N’était-ce pas à lui de poser cette question ? …non pas vraiment, elle s’appliquait aux deux en fait. S’il était dans le cas de son interlocutrice, il aurait certainement posé la même question. Il allait lui révéler son identité, il n’y avait aucune raison pour qu’il ne le fasse pas, mais ce qui l’étonnait le plus, c’est qu’elle ne l’ait pas ‘reconnu’ ou plutôt, qu’elle n’ait pas reconnu ce qu’il était. Certes, lui non plus n’arrivait pas à se décider sur sa nature, mais à ce qu’il sache, il ne portait en aucun cas l’odeur d’un quelconque Démon ou Ange. Et étant donné qu’il revenait de mission, il ne doutait pas que l’odeur de mort qui accompagnait généralement les Faucheurs n’en était que renforcée.

    -Je suis William T. Spears, superviseur à l’Organisation de Dépêche des Shinigamis. Et vous ? Vous portez l’odeur des Démon mais…il y a autre chose. Vous n’en êtes pas un, ou du moins…pas complètement.

    C’était plus une constatation qu’une question. Tout en lui parlant, il essayait de donner un nom à la race de son interlocutrice. Un hybride ? A ce qu’il sache il n’en existait pas encore, si c’était arrivé, cela se serait fait entendre. Non il y avait une autre explication qui lui échappait. Et tout ce qui lui échappait ne faisait que l’énerver davantage. Il avait l’impression de ne pas être totalement maître de la situation, même si physiquement pour le moment il devait en avoir un sur la personne à qui il parlait.

    Quoiqu’il en soit, il releva pour la énième fois de la journée ses lunettes sur son nez, alors que la jeune femme lui disait que ses commentaires n’étaient pas utiles. Chose qui le fit sourire. Intérieurement. Le jour où le superviseur montrerait la moindre de ses émotions n’était pas encore arrivé, et n’arriverait certainement pas avant un bon moment. Non il n’allait pas arrêter ses commentaires sarcastiques ou non pour le moment. Pourquoi ? Parce qu’il n’allait certainement pas lui faire plaisir, et que se connaissant il ne pourrait pas s’en empêcher. Même s’il n’affichait sur sa tête généralement rien d’autre qu’une mine râleuse, il n’avait pas pour habitude de mâcher ses mots, n’hésitant pas à dire tout ce qui lui passait par la tête, surtout lorsqu’il était en désaccord.

    -S’ils l’étaient, je n’ose même pas imaginer ce que pouvait être le vôtre.

    Même si la réaction de la personne l’avait amusé un moment, le fait qu’on lui dise que ses commentaires n’étaient pas utiles l’avait légèrement vexé. Mais bon, il était susceptible, et prenait tout pour lui. Il ne pouvait pas s’en empêcher. Plus par habitude qu’autre chose, il voulut remonter, encore et toujours, ses lunettes, cette fois-ci à l’aide de sa Death Scythe, mais voyant que cette dernière était encore tâchée de sang, son sourcil gauche tressaillit. Bon il faudrait qu’un jour ou l’autre il la nettoie. Et pourquoi pas maintenant d’ailleurs ? Au moins il ne perdrait pas de temps inutilement de la sorte.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazel Finighan

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Lun 26 Déc - 6:50

"Shinigami?"

Articula t'elle difficilement bien qu'étant perplexe. En restant enfermée à la merci des démons pendant des siècles et des siècles, la jeune femme en avait oublié des choses...jusqu'au visage de son créateur. Des morceaux de sa mémoire avaient été enlevé probablement pour sauvegarder sa propre santé mental. Eh oui...il y avait des choses bien plus terribles que la mort elle-même.
Qu'est-ce qu'était un Dieu de la Mort? D'ailleurs de nom lui sied à merveille car ce William sentait la mort jusqu'au tréfonds de pores de sa peau.

Lorsque le jeune homme lui demanda si elle était un démon, Hazel vit rouge, des images horriblement dégradantes et intolérables envahirent sont esprit. Son corps avait été souillé et c'était pour cela que la rouquine portait cette odeur de démon sur elle. Frissonnant des pieds à la tête, Hazel ferma les yeux quelques instant.


"Ne me comparez pas à ces créatures!"

Ce fut certainement la colère lui l'aida à se remettre sur ses jambes...une colère sourde et aveugle qui donne la force de pouvoir se surpasser.
Ce petit corps malmené tenait à présent debout, il était couvert de sang et de blessures mais restait dresser comme une colonne qui décidait de résister aux assauts des intempéries!


"Je suis Hazel, maître des Trône! J'ai été capturé lors de la grande guerre entre les cieux et les ténèbres! Et lorsque les ténèbres vous touche...il n'y a plus aucun espoir pour retourner là-haut! Les portes restent fermés...pour toujours!"


William était plus grand qu'elle, l'obligeant à lever la tête pour le regarder. Pour un ange, cette dernière n'était pas très grande...belle comme le jour mais avec ce petit défaut. Heureusement qu'elle était pourvue d'une magnifique paire d'ailes car sans ça, les choses auraient été plus difficiles pour Hazel.


"Je viens juste de m'échapper...après des siècles et des siècles entre les mains des démons."

C'était tellement humiliant...sali jusqu'au plus profond de son âme par des infâmes! C'était pour cette raison que leur odeur recouvrait même sa propre odeur d'ange. C'est alors qu'elle aperçu la faux du Shinigami...pleine de sang. Fronçant les sourcils, Hazel craignait qu'il ne s'en prenne à elle...son glaive ne pourrait pas la protéger car elle n'avait plus assez de force pour le manipuler.
Par réflexe, Hazel déploya ses grandes ailes blanches mêlées de sang afin de prendre ses distances avec le type à la faux.


"Je vous préviens, je ne me laisserais pas tuer si facilement!"


Tel un petit animal sauvage, l'ange ne se laisserait pas faire, même si elle tenait à peine debout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William T. Spears

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Lun 26 Déc - 7:47

    Le superviseur, pour changer, remonta encore ses lunettes en l’entendant répéter ‘Shinigami’. Cela l’étonnait ? Ou alors, ne savait-elle pas leur fonction ? Mais si c’était le cas, d’où venait-elle ? Qu’il en soit un, si on connaissait un tant soit peu les Faucheurs, ne devait pas être très étonnant, il en avait les yeux caractéristiques et peu de gens s’amusent à se balader en costume de travail avec une Faux à la main. Bien que pour les humains, ils ne verraient qu’un hurluberlu se baladant avec un sécateur en plein rue. Conclusion, la deuxième option était plus juste, elle ne savait pas ce qu’ils faisaient. C’était une chose…Assez étonnante. Se pourrait-il qu’il y ait une autre ‘race’ dont personne n’aurait l’existence ici ? Mouais. Cette théorie n’est pas des plus plausibles. Autant alors lui répondre, il n’allait pas non plus la garder dans l’ignorance. …Mais c’est qu’il était doté d’une bonté sans limite aujourd’hui ! Ou pas. Non mais, que quelqu’un ne sache pas ce qu’ils font, il fallait arranger cela n’est-ce pas ?

    -Oui Shinigami, Dieu de la Mort, Faucheur et j’en passe. Nous nous devons de recueillir les âmes de tous les humains qui meurent. Enfin, faucher serait plus exact.

    Inutile de tout lui expliquer en détail, après tout il n’en avait pas le besoin, et il n’était pas là pour ça. Pourquoi était-il venu encore ? Ah oui, par curiosité, puis plus par distraction qu’autre chose, il avait décidé de rester. Travailler toute la journée, même si il ne l’avouerait pour rien au monde, pouvait s’avérer des plus fatiguant à la fin. Surtout lorsqu’il devait courir après des collègues pour aller les réprimander ou aller leur faire des remarques. C’était juste du temps perdu. Rien de plus. Parce que généralement, la personne en question recommençait sa faute.

    Ceci dit, lorsqu’il parla des Démons, cela ne sembla pas enchanter son interlocutrice. Intéressant . Ainsi elle ne les portait pas non plus dans son cœur. Il s’agissait donc d’un Ange. Mais pourquoi donc portait-elle sur elle cette odeur alors ? Leur avait-elle rendu visite ? …Peu plausible, ou alors vu son état, elle s’était fait attaqué par eux. Mais une simple attaque ne pouvait laisser une telle odeur derrière elle, il y avait encore autre chose. Décidemment, le mystère ne faisait que s’agrandir pour le moment. Il avait voulu trouver de quoi s’occuper l’esprit ? Et bien il avait trouvé. Tout ce qu’il espérait, c’était avoir la réponse à toutes ses questions intérieures, sinon cela n’aurait strictement rien de drôle ; Cela le ferait enrager plus qu’autre chose de ne pas savoir.

    -Je dirais même parasites. Vous m’en voyez désolé.

    …Si si, il l’était légèrement malgré l’intonation de sa voix qui n’y était pas tellement. Après tout, si il était à sa place, il aurait eu envie de trucider la personne qui avait insinué qu’il était un Démon. Enfin, quelque chose d’autre attira son attention : le fait qu’elle se relève malgré ses blessures. Et bien, il avait bien fait de ne pas la sous-estimer. A première vue, il l’avait crue incapable de le faire, mais bon, si c’était un Ange, elle pouvait guérir, tout comme eux, assez vite de ses blessures n’est-ce pas ?

    …Maître des trônes ? Il en avait vaguement entendu parler, ou lu il ne saurait plus le dire, mais cela signifiait qu’elle faisait partie des Anges certes, mais ‘haut classés’ en quelques sortes. Hrm, il aurait peut-être mieux fait de tenir sa langue, mais même si il savait ce qu’elle était dès le départ, il n’aurait pas su se retenir. Mais le mystère s’éclaircit. Elle avait été enfermée en Enfer, ce qui expliquait son odeur. Plus par formalité qu’autre chose, le superviseur exécuta une légère courbette face à l’Ange, qui était sans nul doute bien plus vieux que lui.

    -Enchanté. Mais…Lors de cette guerre votre ‘Dieu’ ne vous avait-il pas libéré des Enfers ?

    Non il n’avait pas pu s’empêcher une nouvelle fois. Mais de ce qu’il avait retenu de cette bataille, était que les Anges au final, ou du moins la plupart étaient ressortis des Enfers.
    Ceci dit, il ne croyait pas en ce Dieu. Après tout, eux étaient des Dieux de la Mort, alors à quoi servirait-il ? Ils s’occupaient de juger les gens. A les envoyer au Paradis ou en Enfer ? …Non vraiment il n’arrivait pas à y croire quoiqu’il fasse. Enfin, ceci dit, lorsqu’il se releva il remarqua que l’Ange déployait ses ailes, et semblait sur la défensive. Automatiquement, il prit sa Death Scythe à deux mains, prêt à parer, ou à attaquer si nécessaire. Mais lorsqu’elle reprit la parole, il la regarda quelques instants. Avait-elle cru qu’il voulait l’attaquer ? Peut-être. Il lâcha d’une main sa Faux, et se remis droit comme un i, son air impassible collé sur le visage.

    -Je n’en avais pas l’intention. Je ne doute pas du fait que si vous étiez dans votre état normal vous pourriez me blesser, voire pire, mais ici le combat ne risque pas d’être très égal. Qui plus est, vous ne m’avez pas attaqué, je n’ai donc aucune raison de le faire.

    Lança-t-il remontant ses lunettes, se rendant à peine compte de son tic. Non il n’avait pas pitié de la personne en face de lui, c’était simplement par principe qu’il le faisait. Il ne s’amusait pas à attaquer les gens sans raisons, les Règles des Shinigamis le lui interdisaient après tout.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazel Finighan

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Lun 26 Déc - 8:43

Les Shinigami étaient donc des personnes qui n'étaient pas vraiment humaines mais qui n'étaient ni des anges, ni des démons...curieuses créatures. Hazel avait beau se creuser la cervelle, elle ne voyait
pas en quoi ces personnes servaient...d'ordinaire, c'était plutôt aux anges de juger les âmes...c'était d'ailleurs ce qu'elle faisait! Sur terre, la belle rouquine avant d'être faite prisonnière, prêchait la bonne parole et expédiait les âmes des personnes impures dans l'autre monde. Quoi que...les anges n'attendaient pas la mort des humains pour les expédier en enfer. La différence était sans doute là?

Hazel ne comprenait pas pourquoi est-ce qu'elle avait raconté sa mésaventure au premier venu. Sans doute parce qu'elle en avait gros sur le coeur? Ne parler à personne de certaines expériences douloureuses étaient un peu comme entretenir le traumatisme. D'autant plus que ce William avait l'air aussi expressif et compatissant qu'une huitre...


"Vous posez beaucoup trop de questions monsieur William..."

Quel indiscret il faisait! Dieu dans son infinie bonté utilisait des méthodes discriminatoire. Ce qui était pur devait rester pur...pour le reste, lorsqu'une personne entrait en contact, le moindre effleurement vous rendait impure. Elle cacha bien évidemment son pêcher à William car cela ne le regardait en rien, Shinigami ou non!
Son aventure avait débuté bien avant la grande guerre et ce n'est que lorsque le dragon la toucha qu'elle fut considéré comme indigne de retourner au paradis.

Visiblement le shinigami ne sembla pas vouloir lui faire du mal...tiens donc, un guerrier qui semblait obéir à un certain sens de l'éthique. C'était vraiment inédit en réalité car en bas, la belle ne rencontrait que des démons sans code...des chiens des ténèbres qui pensaient plus a faire le mal à se racheter une conduite.
Suite à cette révélation, la jeune femme se détendit et ses ailes se résorbèrent d'elles-même. La douleur de cet exercice fit grimacer l'ange qui n'était pas sortie d'affaire concernant ses blessures.


"Vous semblez être quelqu'un de droit...qui respecte les règlements à la lettre, jamais de bavure...toujours propre sur lui...si j'en avais la force je sonderais bien votre âme pour voir si vous êtes aussi blanc que vous semblez paraître."


Des paroles prononcés sans prétention aucune! Juste pour s'assurer que cette âme soit bienveillante et non l'inverse. On ne savait jamais vraiment à quoi s'attendre...Dieu l'avait abandonner sans lui pardonner alors que Le Livre enseigne que Dieu n'est qu'amour et que le pardon est divin! Pourquoi les humains peuvent être pardonnés après s'être repenti ou avoir demandé l'absolution alors que les anges non.

C'est alors que la maison se mit à trembler de toute sa structure. Etre tombé sur cette vieille masure avait considérablement ébranlée celle-ci. Des débris commençaient à tomber sur les deux individus, trop faible la jeune femme n'allait pas pouvoir éviter les gros débris de béton qui tombaient sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William T. Spears

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Lun 26 Déc - 9:23

    Ce qu’il pensait des Anges ? Le superviseur n’avait pas réellement d’opinion vis-à-vis d’eux. Après tout, tant qu’ils n’empiétaient pas sur son travail, ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient, cela ne le dérangerait pas plus que ça. Qu’ils aillent faire un spectacle de claquettes accompagnés de licornes mauves à poids vertes si cela leur chantait, cela lui passerait par-dessus la tête. Enfin, tant qu’ils ne tuaient personne avec lesdites licornes/harpes/objetsentoutgenre. Sinon il devrait s’en mêler. Enfin, il n’empêche que son interlocutrice l’avait intrigué. Après tout, il n’avait pas croisé énormément de personnes présentes lors de cette guerre, voir jamais en fait. C’était sans doute bel et bien la première fois. Mais ses espoirs d’en savoir plus furent détruits lorsqu’elle reprit la parole. Bon, si il voulait avoir plus de renseignements, il irait voir ses chers livres. Chose qu’il ferait sans doute en rentrant, ne pas savoir quelque chose, aussi infime soit-elle, était…Exaspérant. Du moins de son point de vue. Ceci dit, il ne cherchait pas non plus à tout connaître, il savait que c’était tout bonnement impossible, mais autant en savoir le plus possible, cela pouvait toujours servir.

    -Je ne faisais qu’exposer mes maigres savoirs sur la question. Et ayant un doute je préférais vous le demander. Libre à vous de ne pas y répondre.

    Se défendit-il en posant une fois de plus ses doigts sur la monture de ses verres pour les remonter, bien que le besoin n’était pas présent. Pour une raison inconnue, il avait besoin de les toucher, de les remonter sans cesse. Lui personnellement cela ne le dérangeait pas, mais bon nombre des personnes qu’il croisait lui avaient dit que c’était agaçant. Il avait donc essayé d’arrêter. Pendant trente secondes tout au plus. Il dû vite se rendre à l’évidence qu’il lui serait impossible de tenir. De toute façon, il n’allait tuer personne n’est-ce pas ? S’il ne faisait que les agacer, ce n’était pas la fin du monde. Loin de là. Mais bon, la question n’était pas là pour le moment. Elle n’avait pas voulu lui répondre, en même temps il aurait réagi de la même manière ou aurait carrément envoyé bouler la personne en question après deux minutes, mais il ne préféra pas montrer son agacement. Dans un sens, il lui devait le respect, même si elle ne faisait pas partie des « siens ». Il se serait trouvé qu’elle était la reine des Démons, dans ce cas-là respect ou pas, il n’aurait pas hésité à l’attaquer. Quoique. Non il ne pouvait pas en être certain. Certes, il aurait envie de l’étriper et de la tuer sur place, mais une fois de plus, il était enchaîné par ses lois. Enchaîné ? Non ce n’était pas vraiment le bon terme. Ces Règles, les encadraient, leur montrait le bon chemin à suivre, en nul cas elles avaient un aspect négatifs. Du moins de son point de vue.

    Quand Hazel reprit la parole, l’ego du superviseur grossit encore un peu plus, si c’est possible, même si il n’en montra toujours rien extérieurement. Beaucoup de gens relevait le fait qu’il respectait les règles, mais peu tournaient cela comme un compliment. Mais bon, il n’irait pas jusqu’à la laisser sonder son âme. Son âme en elle-même et son état ne regardait strictement que lui. Et puis, elle n’était certainement pas ‘pure’. Après tout, il ne savait absolument rien sur son passé en tant qu’humain. Il aurait pu être le pire des criminels qu’il ne le saurait absolument pas. Mais en tant que Shinigami, il était vrai qu’il n’avait pas fait d’écarts, voir aucun.

    -Les règlements sont là pour être suivis. Quant à mon âme, je suppose que le simple fait d’en faucher une suffirait pour noircir n’importe laquelle, je n’ose donc même pas imaginer l’état de la mienne après tout ce temps.

    Maintenant, il pouvait se planter complètement, il ne s’était pas amusé à regarder ce qui faisait qu’une âme était pure ou non. Mais bon, c’était une manière comme une autre de lui faire comprendre que la perspective de se faire sonder n’était pas la plus bienvenue. De toute façon, il s’en fichait pas mal, la seule et unique chose qu’il recherchait mis à part faire son travail correctement était son passé. Il le recherchait sans relâche dès qu’il le pouvait, mais ne trouvait strictement rien, comme si il prenait un malin plaisir à le narguer. Oh, l’idée d’aller consulter les livres de la Bibliothèque des Shinigamis où étaient disposés les Cinématiques de tous les humains lui était déjà passée par la tête. Seulement, qu’est ce qui lui garantissait qu’il se nommait William T. Spears avant d’être un Faucheur ? Strictement rien.

    Alors qu’il réfléchissait, un tremblement le sortit de ses pensées. Levant la tête, il remarqua que la maison semblait bouger. …Elle ne semblait pas vouloir faire long feu. Il se fit à peine cette réflexion qu’un débris venant du plafond vint s’écraser un peu plus loin, suivit d’autre. Il serait peut-être temps de sortir. En se dépêchant si possible. Le superviseur esquissa donc un pas en direction de la sortie la plus proche, qui était en l’occurrence la porte dans ce cas-ci. Mais s’arrêta en voyant l’Ange. Arriverait-elle jusque-là dans son état ? Peu probable. Que devait-il faire dans ce cas-là ? La laisser mourir ? Durant quelques instants, il essaya de se remémorer les quelques passages du Règlement qui pourraient l’aider, mais strictement rien ne lui disait que faire dans un cas comme celui-là. Ce n’était pas possible, il devait bien y avoir quelque chose non ? Un autre débris vint tomber juste à côté de lui, le coupant dans ses pensées. Très bien il n’aurait pas le temps de se répéter tout le Règlement.

    Sans pour autant ranger sa faux, William alla en direction de l’Ange à la chevelure de feux et passa un bras sous ses épaules dans le but de la soutenir. Bon cela ne l’enchantait pas au plus haut point, mais il n’allait pas là laisser plantée là. Elle venait d’échapper aux Démons, qui étaient un ennemi commun apparemment, et elle faisait partie des Maîtres des Trônes. L’air renfermé, il se dirigea donc cette fois-ci pour de bon vers la porte, et ne fût pas si mécontent que cela de sortir. Et vu les quelques badauds qui étaient toujours présents, regardant la maison se démolir, le superviseur préféra aller plus loin, dans un endroit plus calme. Non vraiment, il détestait quand il y avait trop de monde. Le calme, il n’y avait que ça de vrai.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazel Finighan

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Mar 3 Jan - 1:19

La jeune femme n'était certainement pas prête de raconter son histoire à un parfait inconnu. D'ailleurs, de son histoire, son passé, Hazel n'en n'était pas forcément très fière mais...force est de constater que cette dernière avait bien apprit et retenu la leçon. Ange comme démon...aucun des deux camp n'était mieux l'un que l'autre. Les démons n'étaient que des choses qui ne devraient pas exister tandis que les anges étaient...xénophobes, fanatiques, hermétiques aux autres courants de pensées qu'étaient la leur.
Ils condamnaient les anges qui ne restaient pas dans le droit chemin, ils ne supportaient pas non plus que les ordres ne soient pas appliqués aveuglément. Hazel représentait tout cela avant qu'elle ne soit livrée aux créatures des enfers. Elle avait le malheur de contredire trop souvent les ordres, critiquant les hautes instances dans leurs choix et leur mentalités.

La jeune femme s'était écartée du droit chemin et avait décidé d'encourager les autres à utiliser leur cervelle et non obéir aveuglément comme ils le faisaient toujours. Devenant le mouton noir du paradis, la jeune femme avait donc été abandonné en enfer lorsque la Bête l'avait entrainé dans les abimes.
De plus...après avoir succombé à la tentation, devenant de ce fait irrécupérable selon Dieu, on l'avait laissé en bas, probablement que la punition se révélait être à la hauteur de son crime. Les anges n'avaient pas le droit d'aimer...ce qui était complètement aberrant puisque les anges n'étaient qu'amour! Enfin...

Son attention se rapporta vers le shinigami en face d'elle. Ce dernier faisait l'apologie du bienfait des règlements. Certes ils donnaient de bonnes pistes mais, après on avait tendance à trop se réfugier derrière ces fameux règlement pour finalement devenir complètement...aliéné!


"Le règlement...les règlements sont de parfait outils qui servent à perdre son propre sens du jugement. Si le règlement le dit alors vous le faite? Même si cela va à l'encontre de vos valeurs? De votre propre sens moral?"

Vue la rigidité dont faisait preuve le shinigami, l'ange se doutait bien qu'il n'était pas du genre à remettre en question le "bien fondé" du règlement.
La jeune femme détailla de son regard cristallin le jeune homme...cette façon d'être tiré à quatre épingles respirait un hermétisme à en faire pâlir ses supérieurs angéliques. A moins que la belle se trompe? Mais elle en doutait.

Alors que les murs et le sol se mettaient à trembler, Hazel ne se sentait pas la force de fuir, elle avait utilisé presque toute son énergie pour pouvoir s'enfuir des enfers et éprouvait toutes les peines du monde à se tenir debout. Ses ailes mortifiées n'étaient pas en état de la porter alors. Fort heureusement, William dérogea à ses règles pour l'aider à sortir.


"Merci..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
William T. Spears

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 11/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Mer 4 Jan - 7:57

    Toujours aussi raide que la justice, le superviseur ne lâchait pas du regard son interlocutrice. Ce n’était pas spécialement pour la mettre mal à l’aise, mais personnellement il avait toujours regardé la personne à qui il s’adressait, même si cela pouvait finir par paraître oppressant ou quoique ce soit d’autre. En fait, si la personne en question ne lui faisait pas remarquer que cela pouvait la gêner, il ne le remarquerait même pas, et soit dit en passant lorsqu’on le lui faisait remarquer, il ne comprenait pas vraiment comment la personne pouvait être gênée par un simple regard. Mais il ne cherchait jamais à creuser la question plus loin manque de temps. Et puis ce n’était pas des plus intéressants. Il valait mieux consacrer ce temps utilement, comme par exemple en travaillant, chose qu’il n’était pas en train de faire. Ou à moitié. Mais cela ne lui était pas interdit, et qui plus est, il en voulait toujours à ses supérieurs.

    Suite aux paroles de l’Ange, le Faucheur fronça légèrement un sourcil, montrant son désaccord sur ce point. Il ne jurait que par les règlements qui lui étaient imposés, et ce depuis le début. Pourquoi ? Parce qu’aussi loin où remontent ses souvenirs, lorsqu’il était arrivé à la Dispatch en tant qu’étudiant, il ne se souvenait strictement de rien en ce qui concernait son passé, et il n’en menait toujours pas large sur ce point-là aujourd’hui. Et n’ayant aucune chose à laquelle se raccrocher, il avait tout misé sur la première chose qui s’offrait à lui. Les études, et bien vite l’idée de devenir une sorte de Dieu de la Mort modèle lui était parvenue. Ses valeurs ? Quelles valeurs ? Il n’en avait strictement aucunes, ou du moins il n’en voyait pas pour le moment, la seule chose qui comptait pour lui et à ses yeux était justement de respecter ce règlement à la lettre. Au cours des siècles, il avait réussi à se mettre en tête que seuls ces règlements comptaient et strictement rien d’autre. Sans lui, il serait complètement déstabilisé, et le vide qu’il avait ressenti au départ reviendrait en force, continuant de le détruire de l’intérieur petit à petit . Non, il avait fait de ses lois toute sa vie, et elles le resteraient. Il n’y avait aucune raison pour qu’elles partent soudainement.

    - Si le Règlement me le dicte, oui je le ferai.

    Sûr de lui ? Totalement, d’ailleurs sont ton l’annonçait parfaitement. Rien n’irait ébralenr l’importance qu’il portait aux lois, c’était quasiment toute sa vie, il vivait pour elle. Qu’avait-il à côté ? Strictement rien. Et ceci dit, cela ne semblait pas le déranger. Du moins pas pour le moment. De toute façon, il fallait bien que quelqu’un soit là pour les respecter et les faire respecter, il avait choisi d’être cette personne, et ne retournerait pas en arrière, il était certain que strictement personne ne saurait le remplacer. Il se devait de le faire en fait. A quoi bon s’encombrer de sentiments et de toutes les choses dans le genre ? Cela ne ferait que le retarder. Et même s’il a toute l’éternité devant lui, le temps est précieux, il ne pouvait pas se permettre de lui filer entre les doigts. Les âmes n’attendaient pas. Certes, il avait parfaitement prit conscience de la valeur de la vie, mais il avait appris à ne strictement rien ressentir, voir ça d’une autre manière. De toute façon, que pouvait-il faire d’autre que de tuer ces gens ? Si il ne le faisait pas, il se ferait remballer en moins de deux, et si il s’encombrait de remords, ses heures de sommeil déjà moindres n’existeraient même plus.

    Quoiqu’il en soit, le temps n’était plus aux réflexions, il se devait sortir de cette masure, et lorsqu’il fut enfin ressorti en compagnie de l’Ange, cette dernière le remercia. Autant dire qu’elle aurait pu s’adresser à un mur qu’elle aurait eu la même réaction et la même réponse. Juste qu’un mur ne se serait pas frotté la manche et son costume pour faire disparaître le maximum de saleté qui s’était mise sur ses vêtements de travail. Maniaque, le superviseur s’acharna pendant quelques instants à enlever la moindre tâche qu’il trouvait, puis, tout en continuant de frotter, se décida quand même à prendre la parole.

    -J’aurais eu plus de problèmes qu’autre chose en vous laissant là.

    Ce n’était pas qu’il ne voulait pas être sympathique, mais simplement qu’il ne savait pas l’être. Formuler correctement des phrases pour s’attirer les faveurs des autres n’était absolument pas son fort. Il avait tendance à répondre un peu trop vite, et surtout ne mesurait pas souvent l’ampleur de ses mots. Mais dans un sens, il le faisait exprès, de nouveau pourquoi s’encombrer de circonlocutions alors que l’on peut en venir de suite au fait ? Cela prendre moins de temps. Et se cacher derrière un masque de gentillesse, il ne connaissait pas non plus. Tout en lançant un regard bicolore à la bâtisse qui s’effondrait, le Faucheur passa une main sur ses cheveux, espérant de la sorte remettre en place les quelques qui auraient pu oser se mettre de travers. Puis après quelques secondes, tout en relevant pour la énième fois de la journée ses lunettes, il lança un regard à la jeune femme.

    -Il serait mieux pour vous de vous remettre au plus vite, Londres n’est plus ce qu’elle était, personne n’est à l’abri de quoique ce soit.

    Une menace ? Non un simple avertissement. Pourquoi ? Il ne le savait pas exactement à vrai dire, mais ils n’allaient pas chipoter là-dessus non plus pendant des heures. Etant donné qu’elle ne savait pas ce qu’était un Shinigami, autant l’informer un minimum sur ce qui l’attendait dehors non ? Si cela se trouvait, elle ne pourrait pas rejoindre ses semblables pour une raison ou une autre, alors s’il lui arrivait un deuxième malheur, peut-être fatal, en ce jour ce serait vraiment bête. Bien que cela ne l’affecterait pas tant que ça. Pas du tout même. Qu’avait-il à faire de la vie d’un Ange ? Strictement rien. Elle pourrait mourir dans la secondes qu’il resterait certainement de marbre tout en la regardant.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazel Finighan

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   Mer 15 Fév - 4:47

Les règlements...en fait d'aussi loin qu'elle s'en souvienne, Hazel ne les avaient jamais respectés. Enfin...si mais lorsque ces derniers lui paraissaient trop absurdes, la jeune ange préférait faire selon son instinct. L'ange comparait les règles comme étant une sorte de carcan sécuritaire. Elles étaient rassurantes, ne laissait pas les individus dans le doute...rassurait le..troupeau.
Malheureusement à trop suivre les règles, on en finissait pas se perdre soi-même. Tout du moins, c'était ce que pensait Hazel.
Violer les lois, ne pas les respecter...tout ceci faisait qu'un individu pouvait conserver sa faculté de penser par soi-même, être capable de jugement, être capable d'exister tout simplement!

En écoutant la phrase du shinigami, les lèvres de Hazel s'étirèrent faiblement en un petit sourire. Il lui rappelait un de ses compatriote ailé qui ne jurait et ne vivait que par les règles. Au final il avait été tué car il n'avait plus été en mesure de s'adapter. Bien qu'elle n'était pas une adepte du chaos, Hazel souhaitait que ces prétendus règles n'empêcheraient pas William d'exister.
Peut-être était-ce puéril comme manière de penser mais elle était un ange...et malgré ce qu'elle venait de vivre, la jolie rouquine aimait chaque créature vivante -ne venant pas des enfers-.


"Prenez garde à ne pas vous-même."


Heureusement que le faucheur avait été là pour venir en aide à Hazel, autrement la jeune femme aurait été sans doute tué par les débris. Après qu'elle eut remercié le Shinigami, celle-ci s'écarta du jeune homme. Les contacts physiques la...répugnait pour le moment. Nul ne sortait indemne psychiquement d'un séjour de plusieurs siècles en enfer. Hazel ne faisait pas exception à la règle. Elle avait beau être un Maître des Trônes, cela ne changeait rien.
Il y avait un moment ou même les plus grands courbaient l'échine.


"Malgré ce que vous pouvez dire, je vous dois la vie."


Hazel était quelqu'un de très humble malgré les apparences. Et elle avait à présent une dette envers William, qu'il le veuille ou non. Le temps se couvrait et les premières gouttes de pluies tombèrent sur Londres, aplatissant la poussière soulevée par l'effondrement de la masure.
L'ange leva ses grands yeux gris au ciel...c'était si agréable de sentir la fraîcheur de l'eau sur sa peau meurtrie. Probablement ridicule...mais cela faisait tellement longtemps que l'ange ne l'avait pas vue!
Ce fut les paroles du shinigami qui la firent "redescendre" sur Terre. Ces avertissements étaient les bienvenus.


"Oui...je le ressent...le mal c'est répandu ici aussi vite que la pourriture sur un cadavre...Il est temps pour moi de partir...Nos routes se recroiseront probablement d'ici là, ne mourrez-pas."


Un petit sourire narquois étira les lèvres du Maître des Trônes et puis elle disparut devant William. Il fallait qu'elle se trouve un endroit ou elle pourrait penser ses plaies, récupérer toute son énergie pour pouvoir organiser l’écrémage qu'elle avait en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Enfin libre! [William]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Enfin libre! [William]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liberté! Enfin! [Libre]
» OS - Enfin libre...
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji : The London's Mysteries :: Let's Go RPG! :: Londres :: Impasses et Ruelles-
Sauter vers: